Biographie

Natif d’Autheuil (Orne), vers 1589, Robert Giffard est apothicaire à Tourouvre dans le Perche, quand il part pour le Canada, peut-être attiré là-bas par Louis Hébert, installé à Québec depuis 1617 et peut-être confrère d’études de Giffard. Il s’installe alors aux environs de Québec à titre de «chirurgien de marine»; il ne disposait alors que d’une cabane sur le bord du fleuve où il s’adonnait à la chasse et à la pêche. En 1627, Robert Giffard rentre en France, convaincu que de nouveaux colons doivent s’implanter sur les rives du fleuve Saint-Laurent. Cette même année est fondée la Compagnie des Cent-Associés dont est membre Noël Juchereau, de Tourouvre, ami de Robert Giffard.
En février 1628, à Mortagne, Robert Giffard épouse Marie Renouard. Ils auront plusieurs enfants, dont Marie-Thérèse Giffard (1639-1714) qui épousera Nicolas Juchereau de Saint-Denis (1627-1692) et avec lequel elle aura notamment deux fils, l’explorateur de la Louisiane française, Louis Juchereau de Saint-Denis (1676-1744) et Charles Juchereau de Saint-Denis, sieur de Beaumarchais (1655-1703), lieutenant général de la prévôté de Montréal.

Dès le printemps, il repart vers la Nouvelle-France avec un équipement considérable en vue d’un essai de colonisation. Le navire à bord duquel il voyage est intercepté et il est capturé par des pirates à la solde des Anglais, les Kirke qui ont envahi Québec. Robert Giffard doit revenir en France. À Tourouvre et à Mortagne, il met à profit cette période pour évoquer l’immense pays qui s’étend au-delà de l’Atlantique. Ce n’est qu’en 1633, après le traité de Saint-Germain-en-Laye que Giffard peut mettre en œuvre son projet d’emmener de nouveaux colons en Nouvelle-France.

En janvier 1634, la Compagnie des Cent-Associés, en réparation des biens qu’il a perdu en 1628, concède à Robert Giffard la seigneurie de Beauport1. Premier seigneur colonisateur de la Nouvelle-France, il recrute des colons dans les environs de Tourouvre, fort du soutien de Pierre Le Bouyer de Saint-Gervais, lieutenant général civil et criminel du Perche. Courant mars : départ de Robert Giffard, de sa femme, de ses enfants et d’une trentaine de colons pour la Nouvelle-France. Début juin, le navire atteint Québec. L’année suivante, à la mort de Samuel de Champlain, la colonie compte 132 colons dont 35 viennent du Perche, attirés par Giffard. La première colonisation organisée de la Nouvelle-France est commencée. Giffard est le premier à avoir implanté le système du rang, mode d’organisation de l’espace rural qui s’est par la suite étendu à toute la colonie et qui s’est perpétué jusqu’à nos jours.

Signature de Robert Giffard

En 1640, Giffard devient le premier médecin de l’Hôtel-Dieu de Québec. Plus tard il obtiendra deux autres seigneuries : Saint-Gabriel2, à Québec, en 1647, et Mille-Vaches, en aval de Tadoussac, en 1653. Dès la fondation de la Compagnie des Habitants en 1645, il s’y est associé, poursuivant des activités de commerce le long du Saint-Laurent. Louis XIV lui accordera ses lettres de noblesse en 1658.
À la mort de Robert Giffard, en 1668, la colonie atteint 3 000 habitants.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close